Vieux-Montréal © TQ /A.Rider

Architecture et urbanité

Découvrez l’architecture diversifiée du Québec

L’héritage bâti du Québec a évolué au gré de son environnement, de son climat, de ses influences françaises, anglaises et acadiennes, de même que des différents courants architecturaux. Il s’est également transformé avec l’essor économique des grandes villes comme Montréal, ce qui explique que de nombreux styles se côtoient et que l’ancien se juxtapose au nouveau.

En campagne comme dans les villes, les vestiges du passé s’inscrivent dans l’ADN du Québec. En milieu urbain, plusieurs bâtiments patrimoniaux largement concentrés dans les quartiers historiques de Montréal et de Québec en témoignent avec éloquence. Entouré de fortifications, celui de Québec s’inscrit par ailleurs sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Découvrez-les en parcourant les différents circuits architecturaux proposés sous forme de visites guidées.

Parc olympique de Montréal © TQ /L.Turgeon
Vieux-Montréal © TQ /J.-F.Hamelin

« M » comme dans Montréal et moderne 

Avec la densification de la population, les appartements étroits superposés sur deux ou trois étages se sont multipliés à Montréal. Les escaliers construits à l’extérieur, afin de ne pas empiéter sur l’espace intérieur, demeurent à ce jour un des éléments les plus emblématiques de la métropole. Une balade dans l’arrondissement du Plateau Mont-Royal vous en fournira la preuve!

Avec les années 1960 arrive le modernisme qui transformera considérablement le paysage urbain de la métropole. Plusieurs constructions marquantes voient le jour avec l’Expo 67, dont l’ancien pavillon des États-Unis de Richard Buckminster Fuller devenu la Biosphère – Musée de l’environnement. Également le métro, qui doit sa notoriété aux œuvres d’art incorporées à chacune de ses stations, ou encore le projet immobilier innovateur Habitat 67 de l’architecte Moshe Sardie érigé à partir de 158 blocs de ciment superposés, qui ne sont pas sans rappeler les blocs Légo. La modernisation de la métropole atteindra un nouveau sommet en 1976 avec l’inauguration du stade olympique, la plus haute tour inclinée du monde conçue par l’architecte français Roger Tailliber. Durant cette période particulièrement effervescente pour Montréal, plusieurs gratte-ciel verront le jour au centre-ville, sans jamais dépasser en hauteur le mont Royal, cet élément hautement symbolique qui accueille un immense parc conçu par le même architecte qui a dessiné Central Park à New York.  

Pour plus d’informations :

Héritage Montréal
Centre canadien d’architecture
Maison de l'architecture du Québec