Eeyou Istchee © TQ/D. Mamàn

Route vers le Nord et la nation Crie

Aller à la rencontre de vastes espaces vierges et de la nation Crie

Située entre le 49e et le 55e parallèle, la région d’Eeyou Istchee Baie-James est l’un des secrets les mieux gardés du Québec. Ce vaste territoire vierge de 350 000 km2 possède une richesse naturelle et humaine insoupçonnée. Ces contrées sauvages au cœur de la forêt boréale ‒ qui côtoie la taïga et la toundra plus au nord ‒ abritent d’immenses lacs, des rivières sauvages aux eaux limpides et des forêts à perte de vue. On y retrouve une quarantaine d’espèces animales, dont les loups, les ours et les caribous, alors que ces derniers migrent chaque année du Nunavik, à la limite septentrionale du territoire. Et que dire de la luminosité du ciel nordique et du spectacle grandiose des aurores boréales : ils vous laisseront bouche bée! 

 

Eeyou Istchee © TQ/D. Mamàn
Mistissini © TQ/D. Mamàn

Bien que cette région isolée soit accessible par avion, la parcourir en empruntant la Route de la Baie-James offre une expérience unique hors des sentiers battus, qui plaira assurément aux aventuriers. Ce n’est quand même pas tous les jours que l’on doit localiser des points de ravitaillement en essence et en nourriture avant de prendre la route! L’unique voie asphaltée qui traverse le territoire du sud au nord sur une longueur de 620 km permet d’apprécier pleinement l’immensité du territoire et ses attraits distinctifs. En plus de donner accès aux communautés cries de Waskaganish, Eastmain, Wemindji et Chisasibi, dont le mode de vie ancestral vous fascinera. Vous aurez l’occasion de découvrir les techniques traditionnelles de pêche et de fumage du poisson, de cueillir des champignons rares, d’écouter des légendes autochtones et de visiter le premier poste de traite de la Baie d’Hudson à Waskaganish. Pourquoi ne pas assister à un pow wow, ces célébrations autochtones hautes en couleur? En prenant une autre route vers Oujé-Bougoumou (qui signifie « le lieu où se rassemble les gens », en langue crie), vous découvrirez d’autres incontournables : l’Institut culturel cri Aanischaaukamikw, un musée à l’architecture unique, ainsi que le camp culturel Nuuhchimi Wiinuu, où vous pourrez passer la nuit dans une habitation traditionnelle. 

Faire une virée sur cette route mythique de la région d’Eeyou Istchee Baie-James vous en mettra plein la vue, tout en vous donnant l’impression d’être au bout du monde! Wachiya! (bienvenue!) 

 

Eeyou Istchee Baie-James © TQ/tourisme Baie-James/Hooké

Quelques faits intéressants

Le territoire d’Eeyou Istchee Baie-James représente le cinquième du Québec, soit la grandeur de l’Allemagne.

La région compte les plus grandes nappes d’eau douce du Québec : de véritables mers intérieures!

La baie d’Hudson, avec la baie James, est la deuxième plus grosse baie du monde.

Sur le territoire, on compte quatre ponts couverts de style « town » unique au Québec.

Le mode de vie des Cris, qui occupent la région depuis des millénaires, est fondé sur la chasse, la pêche et le piégeage.

Nemaska, la capitale de la Nation crie d’Eeyou Istchee, veut dire « là où abonde le poisson ».

La région accueille la plus grande centrale hydroélectrique souterraine au monde.

La réalisation du complexe hydroélectrique La Grande est à l’origine de la construction de la Route Transtaïga, une route de gravier d’environ 660 km.

Les réservoirs du complexe hydroélectrique La Grande représentent les plus grandes étendues d’eau aménagées par l’homme.