Parc national du Fjord-du-Saguenay, Saguenay–Lac-Saint-Jean © TQ/C.Savard

La randonnée pédestre

Grand explorateur ou simple randonneur, sportif alerte ou visiteur curieux, marchez vers les plus fabuleux panoramas du Québec auxquels vous ne pourriez jamais accéder autrement. 

Le Québec fourmille de parcours de courte et de longue randonnée offrant des niveaux de difficulté variés. On dénombre plus de 6000 km de sentiers accessibles aux randonneurs, dont près de 40 % en Gaspésie, dans les Laurentides et dans les Cantons-de-l'Est.

Aux 17e et 18e siècles, le coureur de bois (ou des bois) faisait sans permis, à pied et en canot, le commerce des pelleteries dans les territoires amérindiens. Il a joué un rôle important dans l'exploration du continent par les Européens et la création de liens commerciaux avec les Autochtones.

La région de la Gaspésie est sans contredit l’une des régions incontournables pour les mordus de randonnée pédestre. Elle abrite six des vingt plus hauts sommets gravissables de la province. Les amateurs de longues randonnées seront comblés par le Sentier international des Appalaches qui couvrent la région d’est en ouest sur plus de 650 km. Ce territoire est occupé par de multiples caribous. Vous aurez peut-être la chance d’en croiser un sur votre chemin!

De plus, les nombreux parcs nationaux, régionaux et municipaux, les réserves fauniques ainsi que plusieurs réseaux privés proposent de nombreux sentiers aux paysages forestiers contrastés.

Le territoire québécois est composé de trois zones de végétation :

• Nordique : Vous serez émerveillé par la forêt Laurentienne composée majoritairement de feuillus. À l’automne, les feuilles multicolores des érables à sucre et des bouleaux jaunes qui la composent ne manqueront pas de vous impressionner.

• Boréale : Située légèrement plus au nord, la forêt boréale (taïga) est résistante au froid. Elle se compose principalement de conifères et de résineux, comme les pins, les épinettes, les sapins, les mélèzes et les thuyas.

• Arctique : Pour un dépaysement total, la toundra des régions de la Baie-James, Eeyou Istchee et Nunavik, au nord du Québec offre une végétation composée de graminées, carex, lichens, mousses et petits arbustes.

Le réseau de randonnée pédestre de Parcs Québec (Sépaq) offre plus de 200 sentiers pour tous les niveaux de randonneurs. Sentiers aménagés et balisés, trottoirs sur pilotis et belvédères mettent en valeur des paysages à couper le souffle. Divers types d’hébergement (chalets, refuges, campings rustiques) sont généralement aménagés le long des sentiers de longue randonnée.

Les sentiers de randonnée du Québec permettent aux randonneurs d’y découvrir un faune et une flore abondante. Ils abritent ours, loups, renards, castors, orignaux, caribous et plusieurs autres espèces animales. Des panneaux d’interprétation sont souvent aménagés le long des parcours afin d’informer le randonneur sur la faune et la flore qui l’entourent. Les ornithologues en herbe seront également choyés par les nombreuses espèces d’oiseaux qui nichent dans les forêts et marais.

© Parc national des Grands-Jardins, TQ/S. Deschênes
© TQ/C.Savard
© TQ/A.Quenneville

Vues spectaculaires au sommet de neuf régions touristiques (sélection parmi les vingt plus hauts sommets gravissables du Québec). Gravissez des sentiers, de la forêt laurentienne à la toundra alpine, en passant par la forêt boréale (taïga)!

Mont d’Iberville (1652 m), parc national de Kuururjuaq (Nunavik). Ce sentier nordique des monts Torngat est le sommet le plus élevé au Québec. Niveau : très difficile.

Mont Jacques-Cartier (1268 m), parc national de la Gaspésie (Gaspésie), Sentier international des Appalaches (8,5 km, aller-retour). Son sommet offre une vue spectaculaire des monts Chic-Chocs. Il est également possible d’y observer des caribous! Niveau : difficile.

Mont Gosford (1192 m), Mont Gosford, Sentiers frontaliers (14 km, aller-retour) (Cantons-de-l ‘Est). Sentier principalement parsemé de sapins. À son sommet, vous apercevrez le mont Washington et les montagnes blanches. Une tour d’observation de 360 degrés vous permet d’observer le paysage grandiose! Niveau : intermédiaire.

Acropole des draveurs (1048 m), parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie (11,2 km, aller-retour), (Charlevoix). Sentier le plus escarpé du Québec. Paysage changeant en cour d’ascension. Vous passerez de l’érablière à la toundra alpine. Caribous, visons et aigles royaux peuvent y être observés. Niveau : difficile.

Mont Veyrier (1104 m), Monts Groulx, sentier non balisé (Manicouagan). Sentier pour experts. Son sommet permet l’observation de l’un des plus grands cratères au monde; le réservoir Manicouagan! Niveau : très difficile.

Pic Dubuc (984 m), parc national des Monts-Valins (12 km, aller-retour) (Saguenay-Lac-Saint-Jean). Sentier offrant de multiples points de vue spectaculaires en cour d’ascension. Un incontournable! Niveau : difficile.

Pic Johannsen (935 m), parc national du Mont-Tremblant (14,6 km, aller-retour) (Laurentides). Sentier longeant un ruisseau et parsemé de chutes. Quelques points de vue en ascension sur les vallées de la Diable et de la Rouge. Vue partielle au sommet à cause de la végétation. Niveau : difficile.

Mont du Midi (915 m), parc régional du massif du sud (16 km, aller-retour) (Chaudière-Appalaches). Sentier en bordure de rivière et de parois rocheuses. Magnifiques panoramas. Niveau : difficile.

Mont Sainte-Anne (800 m), Mont Sainte-Anne (9 km, aller-retour) (Québec). Sentier panoramique offrant une vue spectaculaire du fleuve Saint-Laurent et de l’île d’Orléans. Plusieurs belvédères en cour d’ascension. Niveau : facile à très difficile.

© TQ/M.Dupuis
© TQ/S.Deschêne
© Outpost